Le roman de l’euro

Très bon documentaire à voir absolument sur la création de l’euro, de ses origines jusqu’à aujourd’hui. Tout est passé en revue :

  • Le couple Mitterrand / Kohl, a décidé seul de la création de l’euro, La vision des 2 hommes diffère, Mitterrand veut de l’euro au plus vite, et Kohl veut que l’Allemagne puisse gérer l’euro comme le Deutsch mark. L’accord est donc conclu sur cette base, sans autre précaution.
  • Mitterrand tellement confiant lance le fameux référendum qui a failli tourner au non, et où seulement 51.04% des français ont répondu oui.
  • La mise en place sera menée par le couple Chirac / Schröder. La conjoncture a changé, et ni l’Allemagne, ni la France ne respectent les critères de Maastricht (pacte de stabilité) à leur entrée dans la monnaie unique. Le laxisme s’installe à l’origine même de l’euro.
  • les délocalisations en Europe de l’est, le chômage.
  • Les années folles en Espagne, Italie, Grèce…
  • Puis c’est au tour de la Grèce d’entrer en ne respectant pas les critères de Maastricht. Sauf que le petit déficit de 3.7 passe à 12.5%, grâce à l’entremise de Goldman Sachs. L’enchaînement boursier et la crise..
  • Sarkozy et Merkel doivent gérer la crise. Merkel refuse toute aide à la Grèce et souhaite qu’elle sorte de l’euro. Le FMI intervient pour demander à Merkel d’accepter un plan d’aide à la Grèce conjoint FMI / Europe.
  • Création du Fond Européen de Stabilité Financière de 750 milliards.
  • Déclaration catastrophique de Merkel à Deauville entraînant la panique des marchés financiers et la propagation à l’Ireland, le Portugal et l’Espagne…
  • Les conséquences sur les peuples et sur les démocraties… Papandreou et Berlusconi mis au banc par Sarkozy et Merkel, et remplacés par des technocrates non élus et sans aucune légitimité démocratique.
  • Chômage, montée des extrêmes, les Européens émigrent…
  • Mario Draghi (président de la Banque centrale Européenne, et ex de Goldman Sachs) annonce son soutien aux pays les plus faibles, et calme les marchés.

Ma petite note : l’avenir nous dira si l’Europe arrivera à se réformer avec et pour les peuples, ou si la finance et ses financiers échappés de chez Goldman Sachs solidement installés au centre de l’Europe nous sacrifieront sur l’hôtel du profit.