Expérience de Asch : sommes nous libres ?

L’expérience de Asch examine les comportements sous pression sociale.
Sur 6 personnes, 1 seule est testée, les autres donnent intentionnellement de mauvaises réponses à certaines questions :

  • lorsque tout le groupe donne une mauvaise réponse à l’unanimité, la personne se conforme au groupe en donnant aussi une mauvaise réponse à 37%. 2 types de raisons :
  • – « ils doivent avoir raison, ils sont plus nombreux que moi ». La personne croit réellement que le groupe a raison : « ce qu’ils disent nous convainc »,
    – il sait qu’il a raison mais veut éviter d’être en désaccord avec le groupe : pour ne pas être perçu comme déviant.

  • conformisme et homogénéité du groupe :
  • si par contre une autre personne a donné une bonne réponse avant lui, la personne testée se sent plus forte/moins seule et donne aussi une bonne réponse. Le taux de conformisme diminue de 37% à 5%.

  • cette fois, le fonctionnement du groupe est identique mais la personne testée doit écrire ses réponses et ne pas les dire à haute voix.
  • ainsi en n’étant pas confronté directement au groupe, le taux de conformité diminue des 2/3.

    Les personnes se disent totalement indépendantes et nient le fait que la pression du groupe à influencé leur jugement.

    Cette expérience montre bien que face au groupe, notre perception et/ou notre comportement devient conditionné. Cela impacte donc forcement notre vie quotidienne en famille, au travail, et aussi plus généralement.
    – Ainsi voter caché dans l’isoloir ne ferait-il pas baisser le conformisme à 5% ?
    – les sondages et médias de masse ne nous dictent-t-ils pas le chemin à suivre ?
    – ce phénomène de conformisme ne favorise-t-il pas le repli sur son groupe d’appartenance en valorisant le rejet de l’autre ? une partie de la non mixité sociale ne viendrait elle pas de là ?

    Ainsi :
    – mon grand père habitait un petit village agricole composé uniquement de paysans du coin. une exception, un homme adorable Martiniquais qui venait régulièrement l’aider à s’occuper de son jardin… Et bien, il a passé sa vie à regarder le JT sans jamais sortir de chez lui, et à voter FN…
    – le fait que l’on ne puisse plus s’extraire de la finance mondiale et qu’aucune autre solution n’est possible. Est-ce une réalité ou simplement du conformisme…

    Le film The Experiment est très bien fichu. ok c’est un film, ok c’est un film américain, ok à toutes les critiques… Néanmoins, en étant honnête avec nous même, n’avons nous pas un jour été dans la peu d’un de ces personnages, ou alors de plusieurs à différentes périodes de notre vie… Et le plus important est : en avons nous tiré des leçons.

    .

    philip morris plus fort que les états, plus fort que l’OMS ?

    justice 2De 2005 à 2010 l’Uruguay a suivi les recommandations de l’OMS. Des lois visant réduire le tabagisme ont été votées : interdiction de fumer dans les lieux publics (restaurants, bureaux), augmentation du prix etc… Puis ce fut l’interdiction de la mention light ou menthol (qui donnent l’impression que les cigarettes sont moins nocives), l’ajout d’images dissuasives couvrant plus de 80% du paquet, et l’interdiction de faire de la publicité. En bref, à l’identique de ce que nous connaissons en France.

    Philip Morris a donc porté plainte contre l’Uruguay en 2010 auprès du centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (tribunal de la banque mondiale), pour violation du traité bilatéral Suisse/Uruguay. Ils demandent des compensations pour les dommages subis, et l’annulation des lois uruguayennes.

    Puis Philip Morris s’est attaqué à l’Australie qui l’a débouté. Alors le chantage à l’emploi a suivi… Mais le cas n’est pas terminé.

    C’est maintenant à l’Angleterre et à l’Europe qu’ils s’attaquent. Affaire à suivre… Ah au fait Philip Morris n’est plus américain, il est maintenant Suisse. C’est plus pratique pour le lobbying à Bruxelles et pour les impôts.

    Pétition disponible à si le coeur vous en dit

    Quand je me suis intéressée à ce dossier l’année dernière, je n’ai trouvé aucun article dans les journaux Français… Des sites suisses, canadiens, américains, uruguayens, mais pas Français… Cette année j’en ai trouvé deux. Bon, ce n’est ni Europe 1, ni le JT, mais c’est un début…
    Étrange d’ailleurs car j’ai acheté récemment des cigarettes avec des images écœurantes, mais les dernières cigarettes achetées ne comportent plus que la mention « nuit gravement à la santé ». Mon buraliste évacue-t-il de vieux stocks, ou l’état français fait-il déjà demi-tour… Et oui, je fume, et c’est bien pour cela que je souhaite que le maximum de monde ne se mette jamais à fumer… Car une fois addict, c’est impossible de s’en défaire.

    sources de cette année :
    L’Express
    – journal la croix

    sources de l’année dernière :
    http://www.alliancesud.ch/fr/politique/commerce/phillip-morris-contre-l2018uruguay-1-0
    – Émission radio sur NPR

    Mon coup de gueule: ici !!

    inde : méditation en prison

    tihar prison meditation 3En Inde, des séances de méditation ont été proposées aux détenus dès 1975, mais à très petite échelle.
    C’est en 1993 que le projet a pris toute son ampleur. La prison de Tihar (banlieue de New Delhi) compte 10 000 prisonniers dont 9 000 sont en attente de procès. Une des plus grande prison au monde, où la violence, la corruption, et la hiérarchie de pouvoirs font des ravages.


    Kiran Bedi décide de donner un nouveau sens à la prison qu’elle dirige.
    Son idée est que les détenus sont des êtes humains qui doivent être traités comme tel, même si ils ont fait des erreurs. On ne peut pas les réduire à leurs erreurs. L’esprit humain a besoin de nourriture et de positivité, or les détenus n’ont pas les connaissances leur permettant de régler leurs propres problèmes. Elle part donc en quette de solutions. Pour que son projet fonctionne, tout le monde doit être inclus dans la démarche, et c’est exactement ce qu’elle a réussi à insuffler.
    L’idée d’inclure des cours de méditation vient alors d’un gardien. Habituée aux techniques non conventionnelles, Kiran Bedi se lance dans l’expérience, sans trop savoir en quoi cela consiste. Elle se rend compte que les comportements changent et que ceux qui étaient animés de revanche et qui se disaient êtres d’innocentes victimes de la société, prennent alors conscience de leurs crimes et ont un comportement beaucoup plus positif.
    Or, si la violence des détenus diminue mais que celle des gardiens ne change pas, rien ne changera. Les gardiens ont dont été priés de se former, tout comme elle l’a été.
    Elle étend le projet à une grande partie des prisonniers et peut ainsi organiser des séances de méditation incluant jusqu’à 1 000 détenus.
    Kiran Bedi a pris de nouvelles responsabilités, mais le programme continue. Le gouvernement Indien recommande désormais la mise en place de ces telles techniques dans toutes les prisons du pays.

    En quoi consiste la méditation Vipassana :
    10 jours incompressibles de méditation du lever au coucher du soleil. Pendant cette période, il ne faut ni parler, encore moins mentir, ni alcool, ni sexe.
    Les 3 premiers jours sont consacrés à une respiration particulière par le nez. Les pensées défilent : souvenirs, espoirs, peurs, etc… Au 3ème jours ces pensées se font plus rares et finissent par « s’évaporer ».
    Elles sont alors remplacées par des sensations physiques, et c’est la début de la formation Vipassana en elle même. C’est l’observation de ces sensations qui font le lien entre le corps et l’esprit. Ces sensations sont la clef de la compréhension de qui l’on est intrinsèquement. L’observation intérieure de ces sensations révèlent les failles intérieurs, et le processus de changement peut alors débuter…

    Vu l’état de nos prisons, ne pourrait on pas essayer…

    Kiran Bedi sans compromis : TED conférence, wikipedia.

    Titre du documentaire « Doing time, doing Vipassana ».
    Réalisatrice du documentaire : Eilona Ariel : TEDx conference.

    sommes nous ce que nous faisons ?

    cerveauPetit film très intéressant sur l’acceptation de soi et de ses erreurs. A voir absolument !

    Il pose de très bonnes questions, et surtout il donne de très bonnes explications :)
    – sommes nous ce que nous faisons ?
    – comment gérons nous nos erreurs ?
    – quelles leçons tirons nous de nos erreurs ?
    – les chemins pour s’améliorer…
    Je n’en dis pas plus. Je vous laisse découvrir.


    Film piqué chez Myster Jo

    cette Europe d’aujourd’hui…

    film le président jean gabinAucun commentaire n’est nécessaire, les dialogues du film le Président parlent d’eux même (extrait en bas de page). Sorti en 1961, il retrace pourtant très bien la situation actuelle, gangrenée par la finance et les conflits d’intérêt. C’était il y a 60… Merci Henri Verneuil et Jean Gabin pour ce grand moment d’anthologie.


    Petite leçon d’Europe par Jean Gabin dans « Le… par Super_Resistence

    • Messieurs, M. Chalaman vient d’évoquer en termes émouvants les victimes de la guerre… Au moment de la guerre M. Chalaman avait 10 ans, ce qui par conséquent lui donne le droit d’en parler. Étant présent sur le théâtre des opérations, je ne serais prétendre à la même objectivité. On a une mauvaise vue d’ensemble quand on voit les choses de trop près. M. Chalaman parle d’un million cinq cent mille morts. Personnellement je ne pourrais en citer qu’une poignée. Tombés tout près de moi…1
    • Le langage des chiffres a ceci de commun avec le langage des fleurs… On lui fait dire ce que l’on veut. Les chiffres parlent mais ils ne crient jamais. C’est pourquoi ils n’empêchent pas les amis de M. Chalaman de dormir. Pardonnez moi Messieurs de préférer le langage des hommes. Je le comprend mieux.1
    • Pendant toutes ces années de folie collective et d’auto destruction, je pense avoir vu tout ce qu’un homme peut voir : des populations jetées sur les routes, des enfants jetés dans la guerre… Des vainqueurs et des vaincus finalement réconciliés dans les cimetières, et que leur importance a finalement élevé au rang de curiosité touristique.
    • La paix revenue j’ai visité les mines. J’ai vu la police charger les grévistes, je l’ai vue aussi charger des chômeurs. J’ai vu la richesse de certaines contrées, et l’incroyable pauvreté de certaines autres. Et bien durant toutes ces années, je n’ai jamais cessé de penser à l’Europe. M. Chalaman lui a passé une partie de sa vie dans une banque à y penser aussi. Nous ne parlons forcement pas de la même Europe. … Tout le monde parle de l’Europe mais c’est sur la manière de faire cette Europe que l’on ne s’entend plus. C’est sur les principes essentiels que l’on s’oppose.
    • Le projet est la constitution de trusts horizontaux et verticaux, et de groupes de pressions qui maintiendront sous leur contrôle non seulement les produits du travail, mais les travailleurs eux même. On ne vous demandera plus messieurs de soutenir un ministère, mais d’appuyer un gigantesque conseil d’administration.2
    • Si cette assemblée avait conscience de son rôle, elle repousserait cette Europe des maîtres de forge et des compagnies pétrolières… Cette Europe qui a cette étrange particularité de vouloir se situer au delà des mers, c’est à dire partout sauf en Europe. Car je les connais moi ces européens à tête d’explorateurs… Et bien personnellement je trouve cette mission sujette à caution et aux profits dérisoires. Sauf évidement pour quelques affairistes en quette de fortune et quelques missionnaires en mal de conversion. Or je comprends très bien que le passif de ces entreprises n’effraie pas une assemblée ou les partis ne sont plus que des syndicats d’intérêts.
    • … je vous reproche simplement de vous être fait élire sur une liste de gauche, et de ne soutenir à l’assemblée que des projets d’inspiration patronale. Réponse : il y a des patrons de gauche, je tiens à vous l’apprendre. Réponse : il y a aussi des poissons volants mais qui ne constituent pas la majorité du genre.
    • Comment pouvez vous concilier votre fonction de député catholique démocrate avec votre métier d’avocat d’une grosse banque israélite. Réponse : voyez vous là quelque chose d’infamant ? Réponse : aucune infamie, simplement une légère contradiction dans les termes. Enfin, puisqu’elle ne vous apparaît pas…
    • Je suis certain qu’elle n’apparaîtra pas non plus pour des raisons similaires à M. Audran de Hauteville qui défend, et avec talent d’ailleurs, la cause du désarmement et dont la famille fabrique depuis plusieurs générations des armes automatiques de réputation mondiale. Réponse : Les Hauteville n’ont pas de leçon à recevoir M. Baufort. Ils pourraient par contre vous en donner. Réponse : j’en suis certain. Venant de gens qui allient la vocation de pacifiste au métier d’armurier, j’aurais en effet beaucoup de choses à apprendre.
    • M. Alexandre Bauvais est un modeste. Il aurait pu se faire élire dans 5 départements puisqu’il dirige le plus important de nos journaux de province…
    • Je vous demande pardon. A l’énoncé de tous ces titres, je réalise la folie de mon entreprise. En vous présentant ce projet, je ne vous demandais pas seulement vos voies, je vous demandais d’oublier ce que vous êtes. Un instant d’optimisme… C’est sans doute à cet optimisme que M. Chalamon faisait allusion tout à l’heure en évoquant mes bons sentiments et mes rêves périmés. La politique Messieurs devrait être une vocation. Je suis sûre qu’elle l’est pour certains d’entre vous. Mais pour le plus grand nombre, elle est un métier.
    • … Un métier qui ne rapporte pas aussi vite que beaucoup le souhaiterait et qui nécessite de grosses mises de fond. Une campagne électorale coûte cher. Mais pour certaines grosses sociétés c’est un placement amortissable en 4 ans. Et pour peu que le protégé se hisse à la présidence du conseil, alors là, le placement devient inespéré. Les financiers d’autre fois achetaient des mines à Gélizere ou a Zoha, et bien ceux d’aujourd’hui ont compris qu’il valait mieux régner à Matignon que dans l’Oubangui, et que de fabriquer un député coûtait moins cher que de dédommager un Rouénais.
    • Vous allez faire avec M. Chalamon l’Europe de la fortune contre celle du travail, l’Europe de l’industrie lourde contre celle de la paix. Et bien cette Europe là, vous la ferez sans moi.2

     

    Désolée pour l’orthographe. N’hésitez pas à me corriger…

    jean ferrat – la porte à droite

    jean ferrat et georges brassensCe titre de Jean Ferrat, écrit en 1985, reste d’une grande actualité en ce lendemain de 1er tour des départementales. petite guitare fraish, rythmique limite pop, mais les mots sont forts…

    certains le disent coco, perso en écoutant ses textes je le trouve juste humain et juste.

    Ni coco, ni sarko, ni hollande, ni fn, ni valls : j’ai du mal à trouver un digne représentant de l’idée que je me fais d’une société qui fonctionne. le PS d’avant 81, bien que je ne l’ai que très peu connu, semble se rapprocher de cet idéal. la gauche devrait peut-être organiser un séminaire ferrat pour ses troupes. un retour aux sources leur permettrait peut être de réaliser qu’ils se sont perdus.

    Merci à là-bas.org qui m’a rappelé ces très beaux textes oubliés depuis longtemps. Émission consacrée aux textes et à l’engagement de jean ferrat : ici

    video Jean Ferrat la porte a droite par dm_50619ef95d2a7

    Buena Vista Social club – Vous vous souvenez ?

    buena vista social club 2Alors, vous vous souvenez ?

    Mais si, je suis sûre que vous avez vu ce délicieux documentaire sur ces vieux musiciens cubains que la vie a usé et malmené, mais qui ne leur a pas ôté leur belle humanité, ni leur humour. Ils auront fini par avoir leur revanche sur le tard.

    L’heure de la retraite est quand même arrivée et NPR nous offre un dernier concert question de bien mesurer combien ils vont nous manquer…

    Lien vers le concert : ici

    Pour ceux qui auraient manqué ça, l’album était produit par Ry Cooder et le documentaire de 1998 par Wim Wenders.

    buena vista social club 3